Accès à notre parking, circulation rue de la Charbonnière et cætera…

Publié le 26 Septembre 2013

Comme évoqué dans une publication précédente, un différend oppose un représentant du Conseil Syndical (Julien GRICOURT, bâtiment B) avec l’immeuble Citalium (face à notre résidence, côté impaire de la rue de la Charbonnière) et – plus indirectement avec la mairie.

Puisqu’auteur du présent billet, j’écrirai à la première personne, en mon nom.

 

Depuis le 31 janvier 2013, je n’ai cessé d’interpeler (exclusivement par courrier électronique) les personnes en charge de l’administration du bâtiment Citalium.

Il a s’agit de leur faire remarquer que les livraisons qui étaient effectuées rue de la Charbonnière, devant l’entrée de service du Restaurant Inter-Entreprises (RIE) du Citalium, gênaient la circulation dans la rue et empêchaient les résidents tantôt d’entrer, tantôt de sortir du parking sous-terrain.

La mairie de Montévrain a, quant à elle, systématiquement été mise en copie de chaque courrier électronique. D’une part, pour information, et d’autre part car elle a – en outre – un rôle à jouer au travers de sa Police Municipale notamment dans la gestion des flux sur les voies de circulation qui traversent la commune.

 

Principalement effectuées les mardi et jeudi matin, entre 7h30 et 12h00 (et parfois d’autres jours), les livraisons se déroulent comme suit :

  1. Les camions s’arrêtent en double-file sur la chaussée, rue de la Charbonnière, à côté de la rampe (face à notre sortie de parking),
  2. Les chauffeurs-livreurs actionnent leurs hayons, y positionnent leurs transpalettes chargés, descendent leurs hayons, circulent avec leurs marchandises sur la chaussée avant de se diriger vers la porte de service du RIE.

 

Ce faisant, les livreurs engendrent plusieurs troubles :

  1. Notre accès à l’entrée ou au sortir du parking sous-terrain étant balisé avec des potelets, tout véhicule se stationnant face à notre sortie de garage nous interdit purement et simplement d’entrer et/ou sortir du parking sous-terrain durant une livraison.
  2. Toute personne, adulte, homme ou femme avec poussette ou animal en laisse, en fauteuil roulant, tout enfant seul ou accompagné, qui désirerait traverser la chaussée devant ou derrière un véhicule de livraison (gros et de nature à occulter le champ de vision) prend le risque de se faire renverser par un véhicule qui dépasserait le camion stationné en double-file.
  3. Risque de face-à-face et de collision entre un véhicule sur sa voie et un autre véhicule qui réaliserait une manœuvre de dépassement d’un camion en cours de livraison.
  4. Nuisances sonores également. Car, aux heures où se déroulent les premières livraisons, les résidents (et/ou leurs enfants) ne sont pas nécessairement réveillés !

Malheureusement, ils le sont à cause des manœuvres des chauffeurs-livreurs sur leurs hayons et leurs marchandises.

  1. Nuisances sonores ET troubles à la circulation, lorsqu’une personne stationnée en zone bleue au bas de nos fenêtres est empêchée de sortir de son stationnement par un camion en cours de livraison et que, perdant patience, elle finit par klaxonner.

 

Bref. La gêne est avérée, et le danger est réel.

 

Ces nuisances et ces risques sont d’autant moins légitimes que le bâtiment Citalium dispose de deux à trois places de stationnement réservées aux livraisons, dument identifiées comme telles, avec une rampe permettant le déchargement de marchandises.

 

Depuis la toute fin de l’année 2012, ces livraisons ont lieu.

Depuis fin janvier 2013, tous les interlocuteurs en mesure d’agir ont été avisés.

Depuis lors : rien n’a changé ; à part peut-être un « petit mieux » d’une quinzaine de jours au cours du mois de mars 2013.

 

Ce que je n’ai de cesse de demander, c’est la plus stricte application du Code de la Route.

Le Code de la Route interdisant :

  • Le stationnement, même en double-file et/ou de courte durée, susceptible de gêner l’accès à une installation en sous-sol,
  • Le stationnement à proximité d’une intersection,
  • Tout stationnement ou arrêt de nature à empêcher un autre véhicule de sortir de son stationnement,
  • Etc.

 

Malgré ces rappels de bon sens, qui font appel à rien de moins qu’à la Loi ; les livraisons perdurent.

Dans un premier temps, la mairie s’est impliquée en faveur de l’argumentation développée ci-dessus, ayant même fait appel à EPAMARNE qui a aménagé une rampe d’accès pour que les prestataires du Citalium puissent faire plein usage des stationnements dévolus aux livraisons avenue de l’Europe.

Malheureusement, avec le temps et la poursuite des troubles, force est de constater que l’implication de la mairie s’est délitée.

L’ardeur qu’elle investissait à condamner ces stationnements nuisibles s’est, aujourd’hui, manifestement reversée – si ce n’est sur ma personne – sur une forme de critique de ma pugnacité et de ma détermination à faire s’arrêter ces troubles.

 

Car, quand il serait simple de :

  1. Supprimer la rampe d’accès qui a été coulée rue de la Charbonnière, et qui donne aux livreurs un mauvais signal tendant à penser que livrer par ici : c’est possible,
  2. Mobiliser la Police Municipale quelques heures du mardi matin et du jeudi matin pour constater les troubles et avertir (voire sanctionner) les fauteurs de troubles,
  3. Ordonner au Citalium et à son RIE d’imposer à ses prestataires de se stationner ailleurs,
  4. Accessoirement, durcir les restrictions de stationnement dans cette rue par le biais d’un arrêté municipal.

 

Il n’a été question que de « propositions », de « recherche de solution pérenne » ou de réunions sous forme de « points ».

 

En d’autres termes, plutôt que de réprimander un livreur dont on constate qu’il crée un trouble, on préfère faire des réunions pour faire l’exégèse du Code de la Route, l’analyse d’aménagements et de solutions de contournement de la règle…

 

En « représailles » de mon acharnement, l’usage du logo de la mairie a été contesté au Conseil Syndical.

 

Vous avez été nombreux à m’interpeler au sujet de cette problématique.

Je vous livre donc là, en quelques lignes que j’ai voulu les plus objectives, la situation où elle en est à ce jour.

 

Si ces troubles continuent de vous polluer la vie, de vous faire craindre pour la sécurité de vos proches, ou tout simplement de vous mettre en retard au travail (ou à la crèche, à l’école de vos enfants, etc.) : contactez SYS-TÉ-MA-TI-QU-EMENT la Police Municipale (dont vous trouverez les coordonnées sur le site de la mairie, vers lequel je ne suis plus autorisé à créer de lien).

Accès à notre parking, circulation rue de la Charbonnière et cætera…
Accès à notre parking, circulation rue de la Charbonnière et cætera…

Rédigé par Conseil Syndical de la Résidence "Le Verger"

Repost 0
Commenter cet article